Picto.png

Dossier spécial
Coronavirus, villes et urbanisme

NEW

Gouv-BE.PNG
Coronavirus.PNG

Dernières nouvelles sur la réponse du niveau européen face au coronavirus : financement, offres de soutien et autres questions concernant les villes.

Page actualisée en continu par l'UVCW !

IWEPS.PNG

COVID-19 : quatre scénarios pour l'après-crise, IWEPS (2020)

À quoi ressemblera le monde d’après ? La question peut paraître prématurée au moment où tant d’incertitudes subsistent quant aux effets de long terme de la crise sanitaire, qui dépendront de sa durée, de l’efficacité des mesures prises pour la contenir, mais aussi de l’intensité du ou des pics épidémiques qui risquent de lui succéder. Très vite, pourtant, visions du monde, scénarios et hypothèses d’évolution pour l’après-crise se sont multipliés dans l’espace public. Première pandémie vécue et commentée en direct par l’humanité, un tel événement bouleverse les représentations que nous avons de nous-mêmes et de nos sociétés. 

Coronavirus : villes vulnérables mais résilientes. Lumières de la Ville (2020).

VILLES

La mise en quarantaine, l’interdiction des grands rassemblements, la prise de précaution importante en matière d’hygiène et de contact physique, la réduction des voyages et donc la baisse significative du nombre de touristes sur le territoire inquiète… Ce qui fait d’ordinaire l’identité d’une ville se voit diminué, ralenti, voire interdit. Sommes-nous, par le biais du coronavirus, en train de vivre une crise pour l’urbanité? 

Que peut l'urbanisme contre les épidémies?  Demain La Ville (2020).

D’un marché de Wuhan à une usine en Bavière, puis au monde entier… Encouragées par le monde moderne, ses villes et ses réseaux, les épidémies ne semblent plus avoir d’obstacles. L’urbanisme était pourtant né avec elles, pour freiner le choléra et la tuberculose. L’aménagement urbain est-il encore capable de nous maintenir en bonne santé ?

Absorber le choc, préparer le rebond.  L'Institut Paris Région (2020).

Vulnérables parce que denses et complexes, les métropoles sont toujours les premières touchées par les catastrophes, qu’elles soient naturelles, technologiques, politiques ou, comme aujourd’hui, sanitaires. Mais les métropoles ont aussi une forte capacité à absorber les chocs, née des leçons qu’elles ont su tirer des catastrophes passées. C’est pourquoi la crise que nous vivons doit nous apprendre, une fois de plus, à nous adapter pour mieux rebondir.

La métropolisation du monde est une cause de la pandémie. Reporterre (2020).

Le coronavirus s’est répandu extrêmement rapidement, de métropole en métropole, profitant des intenses flux mondiaux qui les relient. « L’une des causes principales de la pandémie est à trouver dans la métropolisation du monde », et dans la société coupée de la nature qu’elles ont construite, explique le géographe Guillaume Faburel.

La contre-urbanisation : tous à la campagne ? 

France Culture (2020).

Vivre dans les mégapoles, trop densément peuplées et aux loyers prohibitifs, n'attire plus ni les seniors, ni les Millenials. Le télétravail va-t-il enfin permettre à ceux qui rêvaient de se mettre au vert de réaliser leur souhait ? Cela pourrait être l'une des conséquences de cette crise sanitaire.

Derrière les mots : l’espace public

La Fabrique de la Cité (2020).

L’épidémie a fait de l’espace public un espace du danger en rendant tout contact social potentiellement dangereux. Dans le même temps, la privation d’espace public conséquente au confinement – et la difficulté à le supporter – remettent en avant la fonction première de l’espace public, à savoir celle d’être l’espace fondamental du lien social et du vivre-ensemble, celle d’être le lieu privilégié de l’urbanité permettant grâce à sa forme particulière une densité remarquable de contacts sociaux, des plus anonymes aux plus intimes

Demain (maintenant), l'espace public.

Autrement Autrement (2020).

8 défis et quelques propositions pour que la distanciation physique durable ne nous fasse pas mourir de chagrin.

Moins de bruit, plus de télé, pas d’avions ou presque : la « France à l’arrêt » en douze graphiques. Le Monde (2020).

Avec le confinement en vigueur depuis le 17 mars, l’activité de la France s’est ralentie dans de nombreux secteurs. Tour d’horizon en douze graphiques.

Pistes cyclables temporaires, bannissement des voitures : les grandes villes s'adaptent au coronavirus. Les Echos (2020).

MOBILITE

Plusieurs grandes municipalités, de Bogota à Berlin en passant par Mexico, ont profité de la baisse de la circulation automobile pour créer à la hâte de nouvelles infrastructures pour les cyclistes et les piétons. L'objectif : garantir la distanciation sociale pour les déplacements.

La crise rend possible une réinvention radicale de nos mobilités. Forum Vies Mobiles (2020).

Avec la crise du Covid-19, la mobilité s’est arrêtée presque partout dans le monde. Ce moment historique est l’occasion de réinventer collectivement nos déplacements : comment désirons-nous nous déplacer dans le futur ? comment notre système de mobilité peut-il être adapté pour répondre à l’urgence sociale et climatique ? Le Forum Vies Mobiles appelle à ne surtout pas se contenter d’un « retour à la normal

De la contre-productivité globale. La critique de la mobilité et la crise du coronavirus. Forum Vies Mobiles (2020).

Alors qu’au début du mois d’avril 2020, plus de la moitié des habitants de la planète sont confinés, il n’a jamais été aussi nécessaire d’interroger le rôle de notre système global de mobilité. Dans cette perspective, les critiques de la mobilité des années 1970 sont des guides sûrs. Celles-ci offrent à la fois une perspective sur un facteur d’expansion de l’épidémie devenue pandémie – le système de transport – et les pistes pour aménager le système de transport de l’après-crise.

Interview de Jérôme Adda : L’économie du coronavirus et le système urbain. Fonciers en débat (2020).

Viralité et dérèglement climatique, dégradation de l’environnement, défis énergétiques, tout concourt à mettre le thème de la mobilité « durable » à l’agenda politique et social.

L’accélération de la crise sanitaire, une opportunité pour décélérer durablement.. Lumières de la Ville (2020).

Même au XXIe siècle, les vieux remèdes apparaissent aux yeux des autorités chinoises comme le meilleur moyen de lutter contre l’épidémie due au coronavirus. Des centaines de millions de personnes subiraient des restrictions dans leurs déplacements. N’est-il pas temps de se demander pourquoi les pandémies se succèdent à un rythme de plus en plus soutenu ?

Contre les pandémies, l’écologie. Monde Diplomatique (2020).

ECOLOGIE

Entretien avec Jérôme Adda, professeur d’économie à l’Université Bocconi, spécialiste en économie de la santé, économie du travail et macroéconomie.

La crise du Coronavirus va-t-elle changer le monde ?

Coronavirus2.PNG

La crise mondiale générée par l'épidémie de COVID-19 pousse les villes de toutes formes à donner des réponses immédiates à une urgence qui menace sérieusement non seulement la santé des citoyens, mais aussi la cohésion sociale, l'économie et les infrastructures de nos territoires.

Venez témoigner ou vous inspirer !

Partout en France, les territoires imaginent et mettent en place des solutions pour améliorer le quotidien des citoyens durant le confinement. Ces actions solidaires s’organisent à différents niveaux et dans différents domaines : depuis la livraison des courses aux seniors à la mise en place de vente en ligne pour faire vivre les boutiques et producteurs locaux, en passant par la gratuité des transports pour les soignants.

Venez vous inspirer !

Les villes interviennent de manière originale pour soutenir les services de santé de première ligne, l'approvisionnement en nourriture, l'économie locale et le bien-être mental des populations. Plusieurs s'appuient directement sur les capacités acquises au cours de leurs expériences dans les réseaux URBACT. Lisez leurs réflexions, puis consultez la carte interactive d'autres exemples de grandes villes que le programme URBACT collecte à travers l'Europe.

ESPON.PNG

Collecte d'expériences sur les réponses locales et régionales à la COVID19

Can City Life Survive Coronavirus? New York times (2020).

La vie en ville peut-elle survivre au coronavirus ?
Les villes sont des épicentres de capital et de créativité, conçus pour être occupés collectivement. Les pandémies sont anti-urbaines, s'attaquant à notre désir humain de connexion.

Cities after coronavirus: how Covid-19 could radically alter urban life. The Guardian (2020).

Les pandémies ont toujours façonné les villes ! De la surveillance accrue à la "dé-densification" en passant par un nouvel activisme communautaire, le Covid-19 montre déjà ses effets sur l’urbain.

What a Coronavirus Recovery Could Look Like. CityLab (2020).

L'expert en résilience urbaine Michael Berkowitz partage ses idées sur la façon dont les villes américaines peuvent revenir plus fortes de la perturbation sociale et économique du coronavirus.  Il cherche à savoir comment les communautés survivront aux conséquences de la catastrophe, ainsi que les possibilités de renforcer la résilience face aux perturbations sociales et économiques.

Pandemics Are Also an Urban Planning Problem. CityLab (2020).

COVID-19 changera-t-il la conception des villes ? Michele Acuto, du laboratoire Connected Cities, parle de la densité, de l'urbanisation et de la préparation à la pandémie.  

Are Suburbs Safer From Coronavirus? Probably Not. CityLab (2020).

La densité urbaine joue effectivement un rôle dans la transmission des maladies. Mais les zones rurales et l'étalement des banlieues ne sont pas nécessairement des espaces plus sûrs pour surmonter la crise du Covid-19.

In the coronavirus crisis, who gets to be outside ? Curbet (2020).

Dans la crise du coronavirus, qui peut être à l'extérieur ? Les parcs fermés ont rendu plus difficile l'accès à l'espace public. Mais pour certains quartiers, cela n'a jamais été facile

  • Facebook
  • LinkedIn - Gris Cercle